Faut-il prier contre le coronavirus ?

Faut-il prier contre le coronavirus ?

Faut-il prier contre le coronavirus ?

Nous vous proposons ce texte d’actualité publié par Claire Bernole dans Réforme.

 » Le chrétien est invité à prier en tout temps, y compris en cas de coronavirus. Mais que demander? Nos requêtes reflètent notre vision de Dieu.

C’était hier, jeudi 5 mars, à Rennes. Malgré l’annulation de plusieurs messes, des fidèles ont assisté à une cérémonie dans le but de les protéger contre le coronavirus, à Notre-Dame de Bonne Nouvelle. Cette vierge aurait déjà, selon l’Église catholique, sauvé les fidèles de la peste et du choléra au XVIIe siècle. L’abbé s’est ainsi adressé à elle : “Notre-Dame de Bonne Nouvelle, nous te demandons la grâce de répandre ton manteau protecteur sur notre monde touché par l’épidémie de coronavirus. Notre-Dame de Bonne Nouvelle, priez pour nous.” Par précaution, l’eau des bénitiers avait tout de même été vidée.

Si la prière est le refuge du chrétien, ce dernier peut-il pour autant demander à Dieu d’être épargné des maux qui frappent ses semblables ? À quoi sert d’avoir un dieu si ce n’est pour qu’il nous favorise en temps de crise, objecteront certains… Le Christ, dans sa prière dite sacerdotale (cf. Jean 17), met en évidence deux points. D’une part, il insiste sur le fait que les disciples (et les croyants qui s’inscrivent à leur suite) sont “dans le monde”, c’est-à-dire concernés et potentiellement atteints par tout ce qui le traverse. “Je ne te demande pas de les retirer du monde, mais de les préserver du mal”, ajoute Jésus. De quel mal parle-t-il : des accidents, des maladies, comme le coronavirus, ou de ce mal qui mène à “la perdition” ?

Prier pour faire face au coronavirus

Une approche plus protestante de la prière consisterait sans doute à demander d’avoir la force suffisante pour faire face aux questions et aux souffrances de l’existence. Par temps de coronavirus, les pasteurs inviteront donc plutôt à intercéder pour les malades, leur famille, le personnel soignant, ou à prier pour que les décisions en matière de politique de santé publique soient pertinentes, inspirées. Vivre sans exclure l’intervention divine miraculeuse mais sans non plus mettre au défi la toute-puissance du Père pour qu’il agisse selon nos vœux, telle est la difficile ligne de crête que le chrétien – ni martyr ni chouchou de Dieu – doit suivre, en s’accrochant aux Écritures. »

 

Paroisse